La dernière fois que je vous ai écrit sur le sujet, c'était pour mon mini-séjour sur le territoire américain. Maintenant que j'y suis pour de bon, je vais pouvoir vous donner mes premières impressions.

Passage de la douane

Sincèrement, j'ai jamais (j'ai bien écrit « jamais ») été aussi peu contrôlé de tous mes voyages aériens. En sortant de l'avion, j'ai poireauté 1 heure au guichet parce que le douanier était un peu lent et j'ai dû avoir la chance de tomber sur quelques cas sociaux (mon cas était spécial aussi car j'ai un VISA) qui rendait la procédure un peu longue.
D'ailleurs, en parlant de VISA, je me suis permis de légèrement me la raconter auprès des très nombreux touristes dans l'avion ^^.

Une fois la douane passée, je suis parti récupérer mon bagage en m'attendant au pire pour la suite... C'est alors que je me suis dirigé vers le contrôle de bagage, un agent m'a demandé mon ticket de déclaration de biens et... plus rien. Rien !
Je suis sorti, sans aucune fouille et roulez jeunesse : Welcome to the United States of America!

Soit je suis très chanceux, soit j'ai loupé un truc là.

Nouveauté absolue

Sans déconner ?
Pour une première fois, je me surpasse hein ?
Bien que je sois persuadé de n'avoir pas encore fait face à la majorité du choc culturel, je pense en avoir déjà vu pas mal.

Ma famille éloignée est venue me cueillir à l'aéroport donc je n'ai pas eu à faire face à la complexité des transports dès mon arrivée. Direction Long Island, Massepequa Park [en] plus précisément (d'où je vous écris).

Dès la première dizaine de minutes en voiture, j'ai immédiatement remarqué que les américains ne conduisent pas du tout comme les français (et encore moins comme les cairotes) : globalement beaucoup plus lents, moins nerveux et plus aérés. En effet, les routes sont plus larges, les espaces entres véhicules sont plus grands (même à l'arrêt) et bien sûr, il ne faut pas être surpris de voir des limousines ou des camaros rouler comme on verrait des Audi A5 chez nous.

Tout semble cliché : les bus et taxis jaunes, les enseignes, les sirènes, les camions de pompier, les voitures « NYPD », etc. En fait, les scènes qui nous font dé-paysager dans les films américains sont la vie quotidienne ici.
Putain, je vis dans un film !!! :-D

Les quartiers sont très aérés et toujours très patriotiques. C'est après une visite dans un supermarché et dans mon quartier que j'ai constaté que les américains sont très consommateurs de fêtes calendaires comme la Saint-Valentin : énormément de maisons ont plein de cœurs et autre peluches ou gadgets revendiquant l'amour du foyer. Sans compter les encouragements de l'équipe de football locale la veille du SuperBowl.

Transports ferroviaires new-yorkais

Le lendemain, je me lève et je contacte un gars que j'avais appelé de France pour planifier une visite. Tant bien que mal, je me débrouille avec les transports du MTA. Long Island n'est pas New York, il faut donc prendre le train LIRR (Long Island Rail Road) pour arriver aux portes de l'agglomération new-yorkaise.

J'ai donc acheté un « round trip off-peak ticket » à la station de Massepequa Park pour Jamaica où j'ai acheté une carte de métro avec accès illimité pour 7 jours. C'est fait au moins.
Ensuite, il faut comprendre le métro, c'est bien plus complexe que celui de Paris.

En fait, celui de Paris, il est super simple à l'utilisation car à chaque intersection, il y a un plan des stations desservies et chaque ligne a sa couleur.
Ici, c'est différent, plusieurs lignes peuvent avoir la même couleur (en analogie avec les RER de Paris) et selon le type de train, il s'arrêtera à toutes les stations ou non. Vu la taille et l'étendue du réseau, le métro new-yorkais se veut très efficace : il y a les trains « local » (LCL) qui s'arrêtent à toutes les stations et les « express » (EXP) qui eux ne s'arrêtent qu'à certaines stations affluentes mais pas tout le temps : des fois, les trains sont express et deviennent locaux ou vice-versa, des fois il faut attendre le suivant, changer, etc.

Quant on a compris cela et quant on a compris les sens des trains (« uptown » et « downtown ») alors la ville vous appartient ! Franchement, pour mon premier jour, j'ai pas mal bougé en métro et en train et comme j'ai un peu d'expérience avec les transports en communs ferroviaires français, je ne me suis pas du tout senti perdu. Et vous ? Comment le vivrez-vous ?

Sinon, contrairement à ce qu'on pourrait croire, les trams new-yorkaises ne sont pas si pourries que cela ; du moins selon les lignes. Cependant l'état des stations varie selon leur fréquentation et leur situation géographique. Je vous en dirai plus quand je me serai tapé les 422 stations.

Time Sq

Pour finir ma journée, j'ai décidé de commencer à voir New York en grand en me rendant à Time Square de nuit. N'étant pas certain de pouvoir trouver le mot exact pour décrire la sensation ressentie à la sortie du métro, je vous laisse imaginer : les yeux en l'air à regarder ces écrans géants illuminer tout le quartier, c'est... <insert your word here>.

Alors que j'avançais au pas avec un sourire éclatant de joie et d'émotions, j'ai décidé que prendre mon tout premier Starbuck Coffee à celui de Time Square serait une sacrée bonne idée. Pourquoi pas ?
Croyez-le si vous voulez mais je l'ai dégusté mon Cinnamon Dolce Latte coffee, j'ai bien immortalisé ce moment unique ! Malheureusement pour moi, je n'avais pas encore mon téléphone opérationnel alors je n'ai pas pu vous partager ce moment en direct avec vous...
Et je n'ai pas réussi à me connecter aux hotspots environnants...

Bien entendu, je n'ai pas manqué d'aller jeter un œil dans la, si fameuse, boutique M&M's de 3 étages où des colonnes de M&M's de toute les couleurs + combinaisons de couleurs + formes ne pourra jamais empêcher un grand gourmand comme moi de vouloir en acheter. Mais à $13 le pound (9,90€ les 450g), je vais réfléchir un peu avant d'en acheter... Mais j'y passerai, histoire de dire que je l'ai fait.

J'ai dû passer qu'une petite heure dans Time Square mais j'y remettrai très vite les pieds pour les nombreuses boutiques et pour y prendre des photos aussi (au passage).

Pour mon prochain article, je vous parlerai de la recherche de logement, des techniques et bons plans à savoir à ce sujet, de mes premiers retours sur la nourriture américaine et enfin de quelques paperasses administratives nécessaires pour le stage.


Joris Berthelot